Head Libala Mwinda

Bienvenue sur le site de la Communauté Libala Mwinda

Aside Mariage


Représentation du rite de la présentation des deux fiancés par les responsables de leurs familles avant la célébration du sacrement du mariage

Avant la représentation, on dispose deux bancs de part et d'autre de l'allée centrale et, au milieu, devant, deux chaises pour les mariés. On ajoute un banc ou quelques chaises pour les représentants de la communauté paroissiale.

Le commentateur introduit la représentation, et pendant qu'il parle, les différentes personnages qu'il cite entrent en cortège et s'asseyent à leurs places.

Le commentateur:

Après avoir été accueilli par le célébrant à la porte de l’église, les deux fiancés suivent le célébrant et ils entrent à l’église en cortège, suivi de leurs parents et d’un ou deux autres responsables de leur famille (p. ex. leur oncle), ainsi que du couple parrain, du responsable de la C.E.V.B. du quartier où le jeune couple ira habiter et d’un ou deux de ses adjoints, et du couple président de la commission de la pastorale de la familiale de la paroisse. Arrivés près du cœur, les fiancés ne s’asseyent pas sur les chaises prévues pour les mariés, mais sur la première rangée des bancs des fidèles, le fiancé à droite, la fiancée à gauche, chacun accompagné de ses parents et autres membres de sa famille ainsi que du parrain ou de la marraine du mariage. Le responsable de la C.E.V.B. et ses adjoints, et le couple président de la commission de la pastorale familiale prennent également place sur les premières rangées.

La messe se déroule comme d’habitude, jusqu’à l’évangile et l’homélie. Après l’homélie, le célébrant s’adresse à l’assemblée et dit :

Célébrant :

Mes frères et sœurs, nous savons tous que le mariage ne se conclut pas en un seul jour. Depuis un an ou plus, les deux familles ont préparé cette union, entre leurs enfants au cours de diverses cérémonies, selon leurs coutumes. C’est pourquoi je demande maintenant aux représentants des deux familles, d’abord celui de la famille du jeune homme, ensuite celui de la famille de la jeune fille, de nous présenter leur enfant et de nous dire la raison pour laquelle ils l’ont amené ici, aujourd’hui.

Commentateur :

Les principaux responsables de la famille du jeune homme : ses deux parents et éventuellement son oncle paternel ou maternel (selon leur coutume) se lèvent et conduisent leur fils près de la chaise prévue pour l’époux. Ils peuvent le conduire aussi près du lutrin, si sur place c’est le seul endroit d’où ils peuvent parler dans le micro. Le responsable principal, donc le père ou l’oncle, selon la coutume, prononce alors la déclaration suivante.

Le père ou l’oncle du jeune homme :

Père Curé, Frères et sœurs en chrétiens, Voici que nous conduisons aujourd’hui devant vous notre fils N.N. … …, pour qu’il s’unisse par le sacrement de mariage à mademoiselle N.N. … …, fille de papa N. …. … et de maman N. … … Nous connaissons la jeune fille que notre fils veut épouser, et nous serons pour elle comme ses parents. Nous connaissons aussi ses parents et toute sa famille, et nous acceptons d’entrer en alliance avec eux par le mariage de nos deux enfants. Tout ce que nos coutumes prescrivent pour le mariage, Nous l’avons accompli dans un esprit chrétien. Maintenant nous sommes d’accord pour que nos deux enfants se marient par le sacrement de mariage. Nous protégerons et respecteront leur mariage, nous ferons tout ce qui est possible pour que jamais ils ne séparent.

(un moment de silence)

Vous tous, saints du ciel, Vous qui voyez Dieu, et vous, nos ancêtres au cœur droit, vous qui, aidés par Dieu, l’avez servi fidèlement, intercédez auprès du Seigneur pour nos enfants afin qu’il les protège dans leur mariage.

Commentateur :

Le père, puis la mère du jeune homme bénissent maintenant leur fils en faisant les gestes traditionnels de bénédiction, en disant :

Le père du jeune homme, accompagné de la mère :

Mon fils, nous, tes parents, nous te bénissons. Là où tu vas maintenant, que Dieu te protège de tout mal. toi et ton épouse, aimez-vous et engendrez des enfants. Amen.

Commentateur :

Après avoir béni leur fils, les parents font asseoir leur fils sur la chaise prévue pour l’époux. Puis, accompagnés des autres responsables de la famille, ils retournent à leurs places.

Maintenant les parents et l’oncle de la jeune fille se lèvent à leur tour et conduisent leur fille près de la chaise prévue pour l’épouse. Le responsable principal, donc le père ou l’oncle, selon la coutume, prononce alors la déclaration suivante :

Le père ou l’oncle de la jeune fille :

Père Curé, Frères et sœurs chrétiens, voici que nous conduisons aujourd’hui devant vous notre fille N.N. … …, pour qu’elle s’unisse par le sacrement de mariage à monsieur N.N. … …, fils de papa N. … … et de maman N. … … Nous connaissons le jeune homme qui veut épouser notre fille. Nous acceptons qu’il devienne notre beau-fils. Il sera pour nous comme notre fils, et nous serons pour lui comme ses parents. Nous connaissons aussi ses parents et toute sa famille, et nous acceptons d’entrer en alliance avec eux par le mariage de nos deux enfants. Tout ce que nos coutumes nous prescrivent pour le mariage, nous l’avons accompli dans un esprit chrétien. Nous avons demandé la dot selon la juste mesure, comme des chrétiens, et nous l’avons reçue. Maintenant nous sommes d’accord pour que nos deux enfants se marient par le sacrement de mariage. Nous protégerons et nous respecterons leur mariage, nous ferons tout ce qui est possible pour que jamais ils ne se séparent.

(Un moment de silence)

Vous tous, saints du ciel, vous qui voyez Dieu, et vous, nos ancêtres au cœur droit, vous qui, aidés par Dieu, l’avez servi fidèlement, intercédez auprès du Seigneur pour nos enfants, afin qu’il les protège dans leur mariage.

Commentateur :

Le père, puis la mère de la jeune fille bénissent maintenant leur fille en faisant les gestes traditionnels de bénédiction, en disant : :

Le père de la jeune fille, accompagné de la mère:

Ma fille, Nous, tes parents, nous te bénissons. Là où tu vas maintenant, que Dieu te protège de tout mal. Toi et ton époux, aimez-vous et engendrez des enfants. Amen.

Commentateur :

Après avoir béni leur fille, les parents font asseoir sur une chaise prévue pour l’épouse. Puis, accompagnés des autres responsables de la famille, ils retournent à leurs places.

Le célébrant s’adresse maintenant aux responsables des deux familles.

Célébrant :

Mes frères et sœurs, nous avons entendu votre témoignage sur le mariage de vos deux enfants, et nous sommes les témoins de votre accord sur ce mariage, les témoins aussi de votre engagement à le protéger toujours. Que Dieu Tout-Puissant qui, lui aussi, vous a entendus, vous aide par sa grâce à rester fidèles à la promesse que vous avez faite ici, au nom de vos deux familles.

Commentateur :

Le célébrant s’adresse ensuite aux fiancés.

Célébrant :

N. … … et N. … …, vous venez d’entendre l’accord exprimé par vos deux familles concernant votre mariage. Vos parents et vos proches, vos amis et nous tous ici présents, nous vous entourons et nous prions Dieu pour vous, au moment où vous allez vous engager l’un envers l’autre devant Dieu par le sacrement de mariage.

Commentateur :

Le célébrant s’adresse enfin à toute l’assemblée.

Célébrant :

Mes frères et sœurs, nous allons célébrer maintenant le rite du sacrement de mariage. Prions ensemble l’Esprit Saint, pour qu’il assiste notre frère et notre sœur en ce moment si important de leur vie.

Commentateur :

A ce moment de la cérémonie, toute l’assemblée chante un chant d’invocation de l’Esprit-Saint. Ensuite le célébrant s’approche des fiancés. Les deux parents du jeune homme, et éventuellement son oncle, viennent se placer à sa droite. Les deux parents de la jeune fille, et éventuellement son oncle, viennent se placer à sa gauche. Le parrain prend place derrière le jeune homme, la marraine derrière la jeune fille. Le responsable de la C.E.V.B. et un ou deux de ses adjoints, et le couple président de la commission de la pastorale familiale s’approchent également.

A ce moment se déroule le rite du sacrement de mariage, que nous n’allons pas accomplir ici : vous le connaissez tous. Mais après l’échange des consentements, le célébrant s’adresse au couple parrain.

Célébrant :

Frère et sœur, au nom de la communauté chrétienne, vous êtes ici les témoins officiels de ce mariage, et vous signerez dans un instant avec moi le registre des mariages. Depuis le début de leurs fiançailles, vous accompagnez et aidez ces deux jeunes gens. Votre travail n’est pas terminé. Continuez de les aider toute votre vie par vos prières et vos conseils. Voilà la tâche que vous assumez à partir d’aujourd’hui. Le promettez-vous ?

Commentateur :

Le parrain et la marraine posent la main droite sur l’épaule l’un de son filleul, l’autre de sa filleule de mariage, et ils répondent.

Le couple parrain :

Oui, nous le promettons.

Commentateur :

Ensuite le célébrant s’adresse au responsable de la C.E.V.B. et ses adjoints ainsi qu’au couple président de la commission de la pastorale familiale.

Célébrant :

Frères et sœurs, au nom de la C.E.V.B. où iront habiter les nouveaux mariés, et au nom de la paroisse, spécialement de la commission de la pastorale familiale, vous venez d’être les témoins de l’engagement de mariage chrétien de notre frère et de notre sœur. La communauté chrétienne porte une grande responsabilité envers les couples mariés, spécialement les jeunes couples, pour les soutenir et les encadrer. Je vous demande d’entourer notre frère et notre sœur qui viennent de se marier de votre souci pastoral et les intégrer fraternellement dans la communauté chrétienne. Acceptez-vous cette tâche ?

Le responsable de la C.E.V.B., ses adjoints, et le couple président :

Oui, nous l’acceptons.

Commentateur :

Après ces interpellations, le célébrant bénit les alliances, et les époux se mettent l’un à l’autre une alliance au doigt. Ce rite aussi, vous le connaissez, nous ne le ferons pas ici.

Le célébrant avertit ensuite l’assemblée que le couple qui vient de se marier prononcera la prière des nouveaux époux. Débout ou à genoux, comme ils le préfèrent, les nouveaux mariés prononcent ainsi leur prière.

L’époux :

Seigneur notre Dieu, Père qui es Amour, nous te louons et nous te rendons grâce pour ta bonté envers nous. Tu nous a donné de nous rencontrer et de nous aimer.

L’épouse :

Tu nous a conduits tout au long de nos fiançailles. Et aujourd’hui tu nous unis pour toujours par le sacrement de mariage. Louange à toi, Seigneur !

L’époux :

Aujourd’hui nous commençons notre vie de foyer : aide-nous, Seigneur, à nous aimer sincèrement aux jours de joie comme aux jours de peine. Fais que nous soyons ouverts l’un envers l’autre, dans la vérité et la confiance d’un dialogue vrai. Donne-nous de pouvoir nous pardonner et de nous réconcilier dans ta paix.

L’épouse :

Fais que notre amour soit fécond ! Les enfants que tu nous donneras seront notre joie : nous les éduquerons en ton Nom. Seigneur, bénis nos parents et nos familles pour tout ce qu’ils ont fait pour nous depuis notre naissance jusqu’à ce jour. Les deux époux ensemble : Seigneur, que notre nouveau foyer soit pour nous et pour tous un lieu d’amour, de foi et d’espérance pour toujours. Amen.

Commentateur :

A la fin de cette prière, le célébrant invite l’assemblée à acclamer les nouveaux mariés. Ensuite, pendant que la chorale entonne un chant de joie et d’action de grâce, il invite – si c’est la coutume de la paroisse – les nouveaux époux et le couple parrain à signer avec lui le registre des mariages de la paroisse.

Après ces signatures, et après la fin du chant, la célébration de la messe continue par la prière Universelle. (Il n’y a donc pas de credo.) Je remercie nos acteurs qui ont si bien collaboré pour vous montrer ce rite de la présentation des fiancés, je voudrais encore ajouter, pour terminer, quelques commentaires.

Commentaires
  1. Pourquoi avons-nous créé ce rite ?
  2. Le texte à prononcer par les deux responsables des familles montre par lui-même les buts de ce rite. Ce texte comporte trois parties. Dans la première partie, le responsable principal de la famille (père, oncle paternel ou oncle maternel, selon la coutume) présente son fils ou sa fille, il atteste que tout ce que la coutume prescrit pour le mariage a été accompli. Il établit ainsi clairement un lien entre les cérémonies qui ont eu lieu dans le cadre de la famille et la célébration sacramentelle qui a lieu aujourd’hui et qui avait déjà été annoncée par les fiancés lors de la première cérémonie, par leur déclaration d’intention. Le responsable principal de la famille témoigne aussi que la dot a été demandée et donnée dans un esprit chrétien, avec modération. Il exprime l’accord de la famille pour que ce cheminement de mariage se termine maintenant par le sacrement. Et il promet que la famille protégera et aidera le jeune couple.

    Dans la deuxième partie, après un moment de silence, le même responsable principal de la famille prononce une invocation des saints et des ancêtres, semblable à celle qui se trouve au début du rite zaïrois de la messe. Il demande qu’ils intercèdent auprès de Dieu pour le mariage de leurs enfants.

    Dans la troisième partie, les parents donnent leur bénédiction à leur enfant, au moment où celui-ci les quitte pour se marier. On trouve dans les coutumes de beaucoup de tribus au Congo une bénédiction de ce genre.

    On comprend donc que la première et la deuxième partie du texte doivent être prononcées par le responsable principal de chacune de deux familles, celui-là même qui a présidé les cérémonies qui ont eu lieu dans le cadre familial : donc le père, ou l’oncle paternel ou maternel, selon la coutume de la famille concernée. Si le responsable principal de la famille a du mal à lire le texte, par exemple à cause de son grand âge, qu’il soit là et qu’il conduise son enfant, tout en demandant à un autre responsable de lire le texte à sa place.

    A cause de l’importance des différents éléments que nous venons de mentionner, il faut veiller à ce que les responsables suivent fidèlement le texte proposé. On peut admettre l’une ou l’autre adaptation, pour tenir compte des circonstances, mais il faut éviter d’ajouter d’autres éléments ou d’improviser un discours.

    La troisième partie, la bénédiction, est accomplie par les deux parents. Le père prononce les paroles, puis le père et la mère posent les gestes de la bénédiction. Cette bénédiction est plus expressive quand elle est donnée selon la forme traditionnelle en usage dans la tribu ou le clan concerné. Mais dans la famille où c’est devenu l’habitude, cette bénédiction peut être donnée aussi en traçant le signe de la croix sur le front de l’enfant.

  3. Bien préparer cette cérémonie
  4. Quand le moment sera venu pour vous, chers fiancés, veillez à être suffisamment tôt en possession du texte de cette cérémonie. Les responsables de votre groupe de fiancés pourront certainement vous le donner. Sinon demandez-le au secrétariat Libala Mwinda. Préparez bien cette cérémonie avec vos parents et, le cas échéant, votre oncle. Les responsables de votre groupe de fiancés pourront vous aider en venant à la maison pour faire avec vous et vos parents les répétitions nécessaires.

    Vous devez avertir à temps votre couple parrain, le responsable de la C.E.V.B. du quartier où vous irez habiter, et le couple président de la commission de la pastorale familiale de la paroisse. En leur montrant le texte de la cérémonie, expliquez-leur où ils doivent prendre place dans le cortège d’entrée et où ils pourront s’asseoir. Indiquez-leur où ils pourront se placer au moment du rite du mariage, et quelles réponses ils auront à donner aux questions que le célébrant leur posera.

  5. Pourquoi la présence de la C.E.V.B. et du couple président ?
  6. Ce que le célébrant dit au couple parrain, au responsable de la C.E.V.B. et ses adjoints, et au couple président de la commission de la pastorale familiale, montre aussi clairement la signification de leur présence au mariage. Avec le prêtre qui préside la célébration, ils représentent d’une manière spéciale la communauté chrétienne. Un mariage concerne la famille des deux mariés. Un mariage entre chrétiens concerne la famille des chrétiens, l’Eglise. Dans chaque mariage, l’Eglise s’engage avec les époux. Comme une famille, elle les entoure de son souci pastoral, elle les nourrira de la Parole de Dieu et des sacrements. Dans la personne des responsables de la C.E.V.B. et du couple président de la commission de la pastorale familiale, la communauté chrétienne exprime plus explicitement cet engagement et ce souci pastoral.

  7. La prière des nouveaux époux
  8. Le texte que vous avez entendu n’est qu’un modèle. Nous vous conseillons de prendre ce texte comme point de départ pour composer vous-mêmes votre prière. Vous y mettrez, ensemble, ce que vous voulez dire au Seigneur en ce grand jour de votre mariage. Vous pouvez rendre cette prière plus courte ou plus longue, vous y ajouterez ou vous en retrancherez ce que vous voudrez, de manière à en faire une prière qui vienne vraiment de vous. Et, vous l’aurez entendu, il est beau de la réciter à tour de rôle, une partie pour l’épouse, et la conclusion prononcée par vous deux ensemble.

Footer

Communauté Libala Mwinda - CLM
Av. de l'Université n°29/B, Quartier Mososo Commune de Limete
Kinshasa - République Démocratique du Congo